Skip to navigation Skip to content Skip to footer

PORTRAIT : Brigitte Lefebvre-Okankwu, étoile académique canadienne

Brigitte Lefebrve-Okankwu

Les Gee-Gees célébreront le groupe d'étoiles académiques canadiennes 2018-2019 ce mercredi 20 novembre. La réception annuelle met en vedette des étudiants-athlètes d'équipes et de clubs interuniversitaires ainsi que des clubs compétitifs qui ont représenté l'Université d'Ottawa qui ont maintenu une moyenne d'au moins 8 ou qui sont aux études supérieures.

En 2018-2019, plus de 220 étudiants-athlètes ont reçu cette mention. Chacun était une figure d'engagement, de dévouement et de passion pour le succès scolaire et sportif. L'histoire de Brigitte Lefebvre-Okankwu, attaquante étoile de l'équipe de basketball féminin, raconte attentes et valeurs.

Brigitte a toujours eu de grandes attentes envers elle-même. Elle est une Gatinoise déterminée de 22 ans dans sa troisième année de sciences biomédicale. Sa MPC en 2018-2019 était l'une des plus élevées parmi celles des athlètes interuniversitaires : 9,80.

« Je me mets la pression parce que c'est dans ma nature, » explique-t-elle avec un sourire. « Je ne me lance jamais dans un projet ou examen sans m'investir, car j'aime performer dans tout ce que j'entreprends. Je ne veux pas non plus y repenser, regretter de ne pas avoir fait tout ce que je pouvais et me dire que j'aurais pu avoir de meilleures occasions. »

« Réussir à l'école a toujours été très important pour moi, » ajoute-t-elle. « C'est une des valeurs que ma mère m'a inculquées. Elle a toujours travaillé fort et m'a donné de solides valeurs que j'ai conservées. » La mère de Brigitte travaille comme travailleuse sociale à Gatineau, et sa fille voulait au départ venir à l'Université d'Ottawa en visant une carrière en médecine.

« J'avais alors choisi mon programme parce que je pensais aller à la Faculté de médecine après. Au cours de mes premières années, j'ai compris que je voulais vraiment jouer au basketball professionnel avant de commencer ça. J'espère que la médecine sera toujours une option après, mais je sais que je veux aller le plus possible dans ma carrière de basketball. »

Son parcours en basketball en impressionnant : elle a été nommée dans l'équipe nationale des recrues de l'année en 2017-2018, où elle a obtenu une moyenne de 12,3 points et 6,8 rebonds par match qui a mené l'équipe. Elle a aussi été en tête de l'équipe lors de la dernière saison avec une moyenne de 14 points par match. Elle est maintenant une pierre angulaire du succès des Gee-Gees alors qu'elles visent une autre participation au championnat national.

Selon Brigitte, son parcours universitaire lui a ouvert les yeux sur une possible carrière. « J'aime beaucoup la neurobiologie : la façon dont le cerveau fonctionne et les différents modèles. Si je ne rentre pas en médecine, j'aimerais travailler en neuroscience avec des athlètes. Plus j'avance à l'université, plus je veux lier ma carrière aux sports. Je sais que le basketball fait partie de moi et que je ne pourrai pas m'en séparer, alors ce serait super de les lier. »

Une autre part intégrante de l'histoire de Brigitte est la joie qu'elle trouve en donnant à la communauté, soit locale à Gatineau, soit internationale grâce au sport. « Les petites choses qui peuvent avoir de grandes conséquences sur les gens, » commente-t-elle. Elle est allée au Togo et à Haïti avec les Gee-Gees afin d'aider à construire des terrains de basketball pour des programmes de sports communautaires. Elle a aussi promu à Gatineau les sports, la musique et les talents artistiques qui sont sous-estimés grâce à Underdog Mixtape. « Tu peux voir comment le basketball rassemble les gens. J'adore faire partie de différentes causes et faire une différence. »