Skip to navigation Skip to content Skip to footer

Temple de la renommée du football : la passion de Sébastien Tétreault pour la stratégie

Deux photos de Sébastien Tétreault.

« Ce n'était probablement pas facile de m'entraîner », rigole Sébastien Tétreault, se remémorant l'époque où il bombardait les entraîneurs de questions et restait dans leur bureau longtemps après les entraînements ou les séances de vidéo. « Je voulais vraiment enrichir mes connaissances. »

Ces connaissances ont valu à Sébastien Tétreault le titre d'étoile canadienne dès sa deuxième saison en 2007, puis deux autres fois. Sa taille lui donnait une longueur d'avance, mais c'est sa passion pour la stratégie du sport qui le démarquait. 

« J'ai la chance d'avoir de bons gènes, et je suis reconnaissant pour tout ce qu'ils m'ont permis d'accomplir », affirme l'homme de 6 pieds 5 pouces qui vient de Granby, au Québec. Lors de sa dernière saison à l'Université d'Ottawa, son poids officiel était de 280 livres. « J'étais fier de pouvoir interrompre l'attaque adverse, mais je continuais de m'outiller, et nos coordonnateurs défensifs mettaient en place des permutations qui me permettaient d'être libre. »

Aujourd'hui entraîneur, Sébastien Tétreault garde un excellent souvenir des trois coordonnateurs défensifs qui l'ont mentoré et des coéquipiers qu'il a côtoyés de 2006 à 2010. Il se souvient même de ce que ses entraîneurs du secondaire et du cégep lui ont appris. « Je pense que les autres ont cru en moi avant que je le fasse. » 

À son arrivée à l'Université d'Ottawa, il a constaté un sentiment de cohésion, de collaboration et de proximité. « Les joueurs faisaient vraiment preuve d'un grand leadership, et tout le monde m'a aidé à progresser de jour en jour. L'attaque m'a poussé à m'améliorer, parce que je ne voulais pas me faire battre à l'entraînement! » Lors de sa première saison, les Gee-Gees comptaient deux étoiles des SUO à l'attaque, soit Frank Spera et Kevin Kelly. 

Pendant ses deux premières saisons dans l'équipe, Sébastien Tétreault a absorbé l'information fournie et la stratégie élaborée par le coordonnateur défensif Danny Laramee. « Il nous préparait à déjouer les autres équipes », raconte-t-il avec nostalgie. « En même temps, on nous encourageait à être très agressifs et à exercer de la pression. On jugeait important de laisser les athlètes faire les jeux. »

Sébastien Tétreault a réussi 5 sacs du quart et 19 plaqués durant ses deux premières saisons, tandis que les Gee-Gees ont cumulé 15 victoires contre une défaite et ont joué pour la Coupe Yates deux années de suite, la remportant en 2006. 

Il se remémore la grande rivalité avec Laurier en 2006, lorsque l'équipe d'Ottawa est allée affronter les champions nationaux en titre au début de la saison et a assisté au dévoilement de la bannière du championnat. En novembre, les Gee-Gees défaisaient les Hawks avec un pointage de 32-14, mettant ainsi la main sur la Coupe Yates à domicile, au parc Lansdowne. 

Le footballeur conserve aussi de bons souvenirs du championnat de la Coupe Mitchell de cette même année : une immense foule s'était alors réunie au parc Lansdowne. « Les joueurs de la Saskatchewan étaient tellement imposants et tellement vieux », évoque-t-il. « L'ambiance de ce match était incroyable. »

Sous la direction du coordonnateur défensif Phil Robert, il y avait un souci de discipline et une vision claire pour l'équipe; les choses simples étaient exécutées à la perfection. C'est aussi à cette époque que le joueur de ligne a commencé à poser de nouvelles questions à ses entraîneurs.

« En troisième année, j'avais l'impression de bien maîtriser ma position. Je voulais en savoir plus sur l'ensemble du terrain. Je voulais apprendre et comprendre, parler de plan de match et lancer des idées. Ils étaient vraiment patients avec moi. » Il souligne que son entraîneur de position à la défense, Jean-François Roy, l'a aussi aidé à s'épanouir « en tant qu'humain ».

À titre de chef d'équipe, Sébastien Tétreault a commencé à accompagner les entraîneurs lors de voyages de recrutement, une autre occasion d'apprendre d'eux. « Je m'intéressais énormément à la gestion d'équipe, aux aspects psychologiques de la culture d'équipe et à l'intégration d'une stratégie au livre de jeux. J'avais vraiment à cœur de mieux comprendre comment élaborer une stratégie. » 

S'il y a une année que personne n'a oubliée, c'est bien 2010. Dans sa dernière année, alors que Sean Hall était coordonnateur défensif, Sébastien Tétreault devait composer avec des attentes élevées, mais il ressentait peu de pression. « Cette année-là, l'important était notre esprit d'équipe, et il n'y avait que du positif. »

« C'était une saison de maturité. Tout le monde voulait que l'équipe ait du succès, alors on a tous travaillé fort. Cela dit, notre but était aussi de profiter du moment présent et d'avoir du plaisir. Brad (Sinopoli) nous a fait bien paraître plus d'une fois, mais on avait plusieurs excellents athlètes. Ça a été une année vraiment agréable. » 

En 2009, Sébastien Tétreault a pris part au Défi Est-Ouest, et en 2010, il a joué comme plaqueur dans la première équipe d'étoiles canadiennes. Or, après des années passées à s'intéresser au côté stratégique du sport, il était alors prêt à faire de l'entraînement sa carrière. Son premier poste a été celui d'entraîneur de flag-football au secondaire.

« Les entraîneurs des Gee-Gees ont été de si bons enseignants qu'ils m'ont d'autant plus motivé à suivre cette voie. J'ai un immense respect pour toutes les personnes que j'ai croisées. » 

Entraîneur-chef des Griffons du Cégep de l'Outaouais depuis 2013, Sébastien Tétreault s'est joint au personnel de l'équipe en 2011 comme entraîneur de la ligne défensive pour ensuite en devenir le coordonnateur défensif sous la direction de Denis Piché. Il a aussi ajouté à sa feuille de route des réalisations à l'échelle nationale : depuis 2016, il fait partie du personnel d'entraînement de l'équipe nationale junior, qui a remporté le Championnat du monde junior de l'IFAF en 2018. 

Et que pense-t-il de son intronisation au Temple de la renommée? « Ça me rend très ému et heureux. Je ne suis pas quelqu'un qui cherche l'attention, mais j'éprouve une grande fierté. »

 

La carrière de Sébastien Tétreault avec les Gee-Gees

Étoile canadienne : 2010 (première équipe), 2009 (deuxième équipe), 2007 (deuxième équipe)

Étoile des SUO : 2010 (première équipe), 2009 (première équipe), 2008 (deuxième équipe), 2007 (première équipe)

Sacs : 16 (quatrième dans l'histoire des Gee-Gees)

Participation au championnat de la Coupe Yates : 2010, 2007, 2006 (victoire)

 

Photos