Skip to navigation Skip to content Skip to footer

Nouvelles : Katherine Follis signe un premier contrat professionnel en Allemagne

Photo : Greg Mason
Photo : Greg Mason

Ayant connu la meilleure saison de sa carrière lors de sa dernière année d'admissibilité, l'avant des Gee-Gees Katherine Follis a tiré le maximum de sa seule saison avec le Gris et Grenat. La joueuse de la troisième équipe d'étoiles des SUO 2019-20 est sur le point de commencer son prochain défi comme joueuse de basketball professionnelle pour l'USV Jena en Allemagne. 

Follis s'est jointe aux Gee-Gees pour la saison 2019-20 après avoir passé sa carrière de premier cycle avec les Rams de Ryerson. Le produit de Toronto, Ont. a immédiatement a toute suite apporté une contribution positive sur le terrain de l'une des meilleures équipes au pays. Au cours de la saison, Follis a obtenu les meilleures moyennes de sa carrière en termes de paniers (13,2), de rebonds (6,0), de passes (1,3), de pourcentage de lancers francs (66,0) et de minutes par match (26,6). Follis est en tête des SUO pour le pourcentage de lancers réussis terminant deuxième au niveau national avec 58,7 % de lancers réussis. 

Follis a été nommée étoile des SUO pour la première fois de sa carrière, tout en terminant une maîtrise en sciences de l'activité physique avec une concentration en gestion du sport. 

À son entrée à l'université, Follis n'a pas beaucoup pensé à une carrière de joueuse professionnelle après ses études. Pour beaucoup de joueuses de basketball, en particulier au niveau U SPORTS, les bonnes occasions n'ont pas été nombreuses. Cependant, au cours de son séjour à Ryerson, quelques coéquipières qui ont fait le saut au niveau professionnel à l'étranger lui ont permis de réaliser que c'était une possibilité.

« Au cours de ma deuxième année, deux de nos finissantes de Ryerson sont partis à l'étranger pour jouer chez les pros », a déclaré Follis. « C'est la première fois que j'ai compris que les joueuses du Canada peuvent aller à l'étranger et jouer chez les pros, s'intégrer et s'épanouir pour y construire leur CV. C'est là que l'idée a commencé à germer dans ma tête ». 

Des blessures lui font perdre de vue son objectif, jusqu'à ce qu'une solide dernière saison à Ryerson et un déménagement à Ottawa rendent la chose possible. 

« Après avoir déchiré mes deux ligaments croisés, j'ai en quelque sorte abandonné l'espoir de passer au niveau professionnel pendant un certain temps », a-t-elle déclaré. « En venant à Ottawa, j'étais entourée d'un environnement d'équipe et d'un personnel d'entraîneurs formidable qui m'ont permis d'avoir du succès. Cela m'a vraiment donné la confiance nécessaire pour réaliser ce rêve que j'avais de jouer à l'étranger ».

« C'est vraiment spécial pour Katherine de pouvoir réaliser son rêve et c'est un honneur pour nous que quelqu'un comme elle représente les Gee-Gees au niveau professionnel », a déclaré l'entraîneur-chef des Gee-Gees Andy Sparks. 

« Nous lui avons demandé d'être une menace offensive plus présente et de jouer un rôle de leader sur le terrain et en dehors, et elle a très bien réussi à remplir ce rôle. Elle a toujours été l'une des meilleures tireuses du pays et elle va réussir à relever ce défi et à bien jouer. C'était vraiment un honneur qu'elle vienne jouer avec nous l'année dernière ».

L'USV Jena joue dans la Regionalliga, la troisième division de basketball féminin professionnel en Allemagne. Ils sont basés à Jena, une ville de plus de 100 000 habitants situés dans le centre de l'Allemagne. La saison dernière, l'équipe avait une fiche de 14-4 et occupait la première position dans la division sud-est avant l'arrêt dû à la COVID-19. 

« Mon objectif pour ma première année est de m'établir et de m'habituer au basketball en Europe. Évidemment c'est un grand changement entre les continents, donc ça va être énorme », a déclaré Follis.

« Je veux me stabiliser et voir comment fonctionnent les ligues européennes, par rapport aux ligues nord-américaines. Même si je suis là pour jouer au basketball, je veux continuer à m'impliquer dans le monde du sport pour mon avenir professionnel. Après avoir terminé cette maîtrise en gestion du sport, je suis vraiment intéressé de voir comment fonctionnent les ligues européennes professionnelles ».