Skip to navigation Skip to content Skip to footer

Une sympathique arbitre passe à l’histoire avec la dotation d’une bourse en hockey féminin

Manon Lacasse et Christine Deaudelin

Si le programme de hockey féminin de l'Université d'Ottawa compte une équipe interuniversitaire depuis 1999, il continue de nous apporter son lot de premières. En 2020, Manon Lacasse y a laissé sa marque en devenant la première personne à doter sa propre bourse destinée à l'équipe.

Dans le cas de nombreux programmes de sports interuniversitaires, ce sont les diplômés et diplômées qui sont à l'origine de telles initiatives inédites. Or, Manon Lacasse n'a jamais fait partie de l'équipe de hockey des Gee-Gees. Et elle n'a jamais étudié à l'Université d'Ottawa. Ancienne membre des Forces canadiennes et ex-employée de l'Agence du revenu du Canada, elle devenue une figure bien connue du monde du hockey par son travail d'officielle. 

Manon Lacasse est déjà passé à l'histoire : elle a été la toute première arbitre féminine à la coupe du monde de hockey de la CARHA. Maintenant, elle devient la toute première femme à doter sa propre bourse destinée à une équipe féminine des Gee-Gees.

Manon Lacasse a amorcé un tournant en 2020 : après avoir appuyé le programme de hockey féminin pendant plusieurs années avec entre autres la création d'une bourse en 2017, elle s'est mise à penser à son héritage au sein du programme. En apprenant à connaître les étudiantes-athlètes de la communauté de hockey-balle et en découvrant leurs difficultés, elle s'est remémoré ses propres épreuves.

« La COVID-19 m'a amenée à réfléchir au fait que, parfois, nous tenons les choses simples pour acquis », souligne Adele Dossou, une attaquante des Gee-Gees et étudiante à l'École de gestion Telfer qui a reçu la Bourse Manon-Lacasse de 2020-2021. 

« La bourse de Manon m'a été très bénéfique cette année, en me rappelant à quel point nous sommes chanceuses d'avoir des gens comme elle qui nous soutiennent et qui croient à l'effet positif du sport sur notre vie », ajoute-t-elle. « Avec cette bourse, je peux poursuivre mes objectifs scolaires et sportifs même pendant des périodes comme celle-ci, sans subir davantage de pression financière. »

Vu l'impact durable qu'elle pourrait avoir sur la vie de jeunes étudiantes-athlètes, Manon Lacasse a décidé d'assurer la dotation de sa bourse pour le programme. Ainsi, pendant au moins les 30 prochaines années, au moins une étudiante-athlète de l'équipe par année obtiendra de l'aide financière et ce, à perpétuité.

« Manon est une fidèle ambassadrice de notre programme de hockey féminin depuis plusieurs années », explique l'entraîneuse-chef des Gee-Gees Chelsea Grills. « Son dernier don majeur à notre programme aidera nos étudiantes-athlètes à poursuivre leurs objectifs scolaires et sportifs dans les années à venir. C'est grâce à des gens comme Manon que notre programme peut évoluer et se tailler une place sur la scène nationale. »

Amie de longue date et partisane des nombreuses générations de hockeyeuses des Gee-Gees, Manon Lacasse a pris sa retraite de son emploi principal. Heureusement, cela permet à cette fière Franco-Ontarienne de s'impliquer dans les communautés de hockey et de hockey-balle d'Ottawa et de consacrer du temps à divers organismes de bienfaisance locaux, notamment dans le cadre d'événements. Elle exerce actuellement les fonctions de directrice de l'administration pour la Gallant Knights Charity Sports Association, qui mise sur le sport afin de venir en aide aux anciens combattants et anciennes combattantes.

« Merci, Manon, de montrer l'exemple en redonnant aux athlètes féminines et d'être un excellent modèle pour nos étudiantes-athlètes et notre programme dans son ensemble », ajoute Chelsea Grills.

Au-delà de son œuvre de pionnière, Manon Lacasse souhaite s'assurer que d'autres suivront ses pas. En racontant son histoire, elle espère que son initiative encouragera d'autres femmes à redonner et à investir dans le sport féminin.