Skip to navigation Skip to content Skip to footer

RÉSUMÉ DES ÉLIMINATOIRES : Ottawa fait preuve de résilience avant de s’incliner face à McGill

Photo: Greg Kolz
Photo: Greg Kolz

L'équipe de hockey féminin de l'Université d'Ottawa est passée à un coup de sifflet de pousser l'une des meilleures formations du pays au bord du gouffre. 

Les Gee-Gees ont perdu le match ultime de leur série deux de trois aux mains des Martlets de McGill au compte de 1-0, mais cet affrontement décisif aurait très bien pu se rendre en prolongation. 

McGill, classée 4e au pays en vertu d'une fiche de 12-3-0 en saison régulière, a ouvert la marque au début de la deuxième période. On a cru qu'Ottawa avait nivelé les chances au milieu de l'engagement lorsque la rondelle a glissé sous la gardienne des Martlets Tricia Deguire pour entrer dans le but.

Après concertation, les arbitres ont coupé court aux célébrations des Gee-Gees, jugeant (à juste titre) que le coup de sifflet avait été donné avant que la rondelle ne franchisse la ligne des buts. Cependant, comme la rondelle n'avait pas été immobilisée, l'arbitre n'aurait tout simplement pas dû siffler l'arrêt de jeu. 

Tout au long du week-end, les Ottaviennes ont fait preuve de résilience et de dignité dans l'adversité, mais elles n'auront finalement pas réussi leur remontée. 

« Tout le personnel d'entraînement est extrêmement fier de notre équipe », souligne l'entraîneuse-chef des Gee-Gees Chelsea Grills. « Nos joueuses ont démontré beaucoup de caractère et de détermination au cours des deux derniers matchs. Elles ont tout donné. »

Les Martlets ont remporté le premier match 5-1, mais les Gee-Gees sont parvenues à enlever le deuxième 1-0 malgré des effectifs réduits.

En effet, Ottawa comptait seulement 15 joueuses en uniforme lors des deux derniers affrontements de la série. Ariane Aubin et Kylie Lalonde étaient toutes deux incommodées au troisième match, mais elles n'ont manqué aucune présence sur la patinoire, démontrant beaucoup de courage.

C'est Aurélie Dubuc qui a amorcé le match no 1 devant le filet, mais les Gee-Gees se sont ensuite tournées vers la recrue Mahika Sarrazin lors des matchs nos 2 et 3. La gardienne originaire de Gatineau, au Québec, a été phénoménale, stoppant 67 des 68 tirs dirigés vers elle (pourcentage d'efficacité de 0,985). Au deuxième affrontement, elle a réussi son premier blanchissage dans l'uniforme gris et grenat, et le seul but qu'elle a accordé lors du match décisif est le résultat d'un dévié provenant de la ligne bleue.

Ottawa a tenu l'avantage numérique de McGill en échec dans les deux derniers matchs de la série, avec une fiche parfaite de 7 sur 7 en infériorité numérique. Dans le premier match, les Martlets avaient fait mouche trois fois en pareille circonstance. Le premier trio de McGill, composé de Jade Downie-Landry, Marika Labrecque et Chrissy Colizza (et perçu comme le meilleur au pays), n'a pas joué un rôle déterminant lors des matchs nos 2 et 3, n'ayant obtenu aucun point, contre 14 minutes de pénalité.

Les Gee-Gees se concentreront désormais sur le tableau de la médaille de bronze du RSEQ. Elles amorceront une série au meilleur de 3 matchs contre les Gaiters de Bishop's cette semaine, et l'équipe gagnante affrontera celle de la série opposant Montréal et Carleton.