Skip to navigation Skip to content Skip to footer

COUP D’ŒIL SUR LES ANCIENS : Hannah Sunley-Paisley

Hannah Sunley-Paisley

La vie est imprévisible. Les objectifs ainsi que les occasions pour les atteindre changent. Nos expériences peuvent nous mener à des chemins peu empruntés, mais pour une Gee-Gee du Temple de la renommée, vivre une vie inhabituelle n'est pas du tout un problème.

Ancienne étoile de l'équipe de basketball féminin des Gee-Gees, Sunley-Paisley a joué à l'Université d'Ottawa pendant ses cinq ans d'admissibilité CIS. Entre 2007 et 2012, Sunley-Paisley a réussi à atteindre le classement des 10 meilleures étoiles des SUO autant pour les points que pour les rebonds. Elle a obtenu le titre de joueuses étoiles d'U SPORTS trois fois et a reçu le prix d'U SPORTS Nan Copp pour la joueuse de l'année pendant sa cinquième et dernière saison avec les Gee-Gees. Cette même année, elle a mené son équipe vers une victoire au sein des SUO, où elle a remporté la médaille de bronze aux nationaux.

Les mérites de Sunley-Paisley lui ont valu d'être intronisée au Temple de la renommée de basketball féminin des Gee-Gees en 2014. Cependant, la vie du centre étoile de 1,85 m n'a pas été aussi aisée qu'on aurait pu le croire après l'obtention de son diplôme. Il n'y avait pas de débouchés professionnels pour elle au Canada, alors elle a dû se diriger vers l'Europe afin d'avancer dans sa carrière de basketball. Sa première saison, en Allemagne, a été une si mauvaise expérience pour Sunley-Paisley qu'elle s'en est trouvée découragée au point de revenir au Canada. Avec le recul, elle regrette un peu cette décision.

« Pour moi, me retirer du basketball en 2013 après ma première saison pro était une erreur. Ça m'a pris deux ans avant de comprendre cette erreur et de recommencer à m'entraîner. »

L'erreur est humaine cependant. Sunley-Paisley aurait voulu ne pas avoir été si rapide à quitter l'Europe, mais, selon elle, tout cela était une occasion d'apprendre. Elle a profité de différentes occasions et a « rencontré plusieurs personnes incroyables » pendant sa période à l'écart du jeu. Elle est donc heureuse d'avoir pu en tirer quelque chose. Après réflexion, elle a évoqué sa citation préférée de Robert Frost : « Avoir essayé. Avoir échoué. Essayer encore. Échouer encore. Mieux échouer. »

« Je pense qu'il est inévitable d'échouer, d'apprendre et de mieux échouer… Je préfère avoir du regret et des expériences découlant d'un choix plutôt que de ne rien avoir », a-t-elle ajouté.

Sunley-Paisley a maintenant assimilé ses expériences qui l'ont changée, et elle est de retour en Europe pour jouer à ce sport qu'elle adore. En 2016, elle a signé avec une équipe de Paris, en France. L'une des choses qu'elle préfère à propos de sa nouvelle équipe est le temps libre qui lui permet d'explorer sa passion, soit écrire.

L'ancienne Gee-Gee n'aurait jamais pu imaginer être auteure lorsqu'elle était plus jeune, mais elle a commencé à écrire avant de quitter Ottawa et, pendant qu'elle était en Allemagne, elle a tenté un premier roman. Elle a continué à écrire pendant son absence du basketball, et elle se considère chanceuse que sa deuxième expérience en Europe lui permette d'approfondir les histoires qu'elle souhaite raconter. Hannah a publié son premier roman, Magic Required, en décembre 2018. Elle espère pouvoir composer une série de romans fantastiques.

Elle a tout de même mentionné qu'elle ne se projetait pas comme étant à la fois athlète professionnelle en Europe et aspirante auteure. Lorsqu'on lui demande où elle pensait être il y a cinq ou dix ans, elle répond :

« Je pensais que je serais déjà populaire à ce jour! Je blague. Non, je ne pensais pas être ici… surtout parce que je n'avais aucune idée d'où je me retrouverais. À l'époque, je voulais vraiment être entraîneuse de basketball universitaire. Ce n'est plus mon objectif aujourd'hui. Je ne souhaite pas travailler autant que Andy Spark. Je serai plutôt une pauvre artiste… ou populaire. »

La diplômée aux multiples talents témoigne des personnalités qui émergent d'uOttawa, et Hannah Sunley-Paisley est un excellent exemple de tout ce qu'un Gee-Gee devrait être. Preneuse de risques compétente avec une éthique de travail, elle savait qu'elle ne choisirait pas un des chemins ordinaires que la vie lui présenterait.

« Je ne me suis jamais vraiment donné un autre choix. J'ai toujours su que je ne voudrais pas d'un travail de 9 à 5. Il n'y a pas une tonne d'autres options. Quand une occasion se présente, je me dois de la saisir! J'ai encore peur quand je prends ce genre de décisions risquées, mais si l'alternative est un 9 à 5, je choisis la peur. »

Pour finir, l'ancienne Gee-Gee sereine et expérimentée donne quelques conseils aux étudiants actuels de l'Université d'Ottawa.

« Pour les athlètes, c'est ce qu'il y a de meilleur, donc profitez de ces moments. » Pour tous les autres étudiants, elle pense qu'il est essentiel de simplement être soi-même.

« Tant que tu ne blesses personne, fait ce que tu veux et sois qui tu veux. Ne laisse pas la société déterminer qui tu devrais être à cause de ton sport, de ton genre, de ton ethnie ou de quoi que ce soit d'autre. »

Pour plus d'information sur Hannah ou son livre, Magic Required, veuillez consulter son site internet www.hspaisley.com, ou suivez la sur Instagram et Twitter @hspaisley.