Skip to navigation Skip to content Skip to footer

NOUVELLES : Lefebvre-Okankwu nommée joueuse par excellence de la division Est des SUO; Szczokin et Katumbayi récompensées

Photos de Nadine Katumbayi, Brigitte Lefebvre-Okankwu, Natsuki Szczokin

Mercredi après-midi, les Sports universitaires de l'Ontario ont dévoilé leurs lauréates de la saison de basketball féminin 2021-2022, parmi lesquelles figurent trois Gee-Gees.

Brigitte Lefebvre-Okankwu a reçu deux distinctions majeures au sein de la conférence. Elle a décroché le titre de joueuse par excellence de la division Est des SUO ainsi que le prix Joy-Bellinger en reconnaissance de la conjugaison exceptionnelle de ses réalisations universitaires, sportives et communautaires cette saison. 

Natsuki Szczokin, quant à elle, a été nommée au sein de la deuxième équipe d'étoiles de la division Est des SUO, tandis que Nadine Katumbayi a obtenu sa place dans l'équipe d'étoiles des recrues de cette même division.

Cette double distinction décernée à Lefebvre-Okankwu survient à la fin de sa quatrième saison dans l'uniforme gris et grenat, où elle a fait grandir son héritage tant sur le terrain qu'en dehors. La joueuse d'avant de 6 pieds et 1 pouce originaire de Gatineau, au Québec, a atteint un sommet en carrière en cumulant une moyenne de 16,4 points par match, ce qui la classe au premier rang dans la division Est des SUO. 

Elle a également établi un second record personnel avec une moyenne de 9,7 rebonds par match, la cinquième meilleure de l'ensemble des SUO, en plus de réussir 1,8 interception par match, aidant les Gee-Gees à obtenir une fiche de 10-4 en saison régulière. 

« Elle est une joueuse de centre très athlétique qui sait se placer dans la bonne position », souligne l'entraîneuse-chef des Gee-Gees Rose-Anne Joly au sujet de la présence de Lefebvre-Okankwu sur le terrain. Elle peut jouer une défensive tout terrain ou une défensive de zone, et elle se déplace bien sur toute la surface. Et elle est difficile à contrer, d'autant plus qu'elle peut tirer de la ligne de trois points. » 

« Elle sait à quel point nous avons besoin d'elle pour gagner des matchs, et ce rôle ne l'intimide aucunement », ajoute Joly.

Lefebvre-Okankwu est également devenue une voix influente dans la communauté ottavienne. Elle est membre fondatrice du Conseil de défense des étudiantes et étudiants athlètes noirs à l'Université d'Ottawa, où elle occupe le poste de secrétaire du comité exécutif.

En 2020, elle a contribué à la réalisation d'une campagne de financement et de sensibilisation dans la foulée du mouvement Black Lives Matter comportant une course virtuelle de 1 666 km jusqu'à Minneapolis. Cette démarche a alimenté d'importantes conversations tout en permettant de recueillir 3 200 $, qui ont été versés a plusieurs organisations choisies par l'équipe de basketball féminin des Gee-Gees : Black History Ottawa, le Centre d'amitié autochtone Odawa, le Congrès des femmes noires du Canada, Indigenous Sport & Wellness Ontario et Colour of Change. Lefebvre-Okankwu entretient également des liens avec Underdog Mixtape, un organisme communautaire de Gatineau qui propose des événements et des programmes visant à encourager des athlètes et artistes locaux. 

Elle a excellé avec constance tant sur le plan des études que sur le terrain, comme en témoigne sa nomination parmi les étoiles universitaires canadiennes à ses quatre premières années à l'Université d'Ottawa. En 2020, elle a été nommée majore de sa promotion de la Faculté des sciences, où elle a obtenu un baccalauréat ès sciences spécialisé en sciences biomédicales et une mineure en psychologie. Étudiant actuellement au baccalauréat ès sciences spécialisé en psychologie, Lefebvre-Okankwu a conservé une moyenne pondérée de 10,0 au cours des quatre derniers trimestres. Plus tôt cette semaine, on a annoncé sa nomination dans le Top 8 des étoiles universitaires canadiennes U SPORTS 2020-2021.

« Déjà engagée dans beaucoup d'activités au moment d'entrer à l'Université, elle a toujours voulu être avant tout une bonne étudiante. Elle se donne à 100 % dans tout ce qu'elle fait, et elle n'attend rien de moins qu'un A+ », souligne Joly.

Deux jeunes meneuses de jeu des Gee-Gees ont également fait toute une impression cette saison, la première étant Natsuki Szczokin, qui a été élue au sein de la deuxième équipe d'étoiles des SUO. À sa deuxième saison avec le Gris et Grenat, l'athlète originaire de Barrie, en Ontario, a mené son équipe au chapitre de la moyenne des minutes jouées (29,9), des passes décisives (4,1) et des interceptions (1,9) par match, et se classe au deuxième rang pour ce qui est la moyenne des points par match, avec 8,9. Dans la colonne des passes décisives, elle figure au 2e rang de l'ensemble des SUO. 

« La vitesse de notre jeu est entièrement dictée par Natsuki, et elle cause beaucoup de difficulté à nos adversaires », explique Joly. « Dans les phases de transition, on peut remarquer son style et l'incroyable athlète qu'elle est. »

Nadine Katumbayi, de son côté, présente la troisième meilleure moyenne de points par match chez les Gee-Gees, avec 7,2, et la deuxième au chapitre des passes décisives, avec 2,2, et elle a été nommée au sein de l'équipe d'étoiles des recrues de la division Est des SUO. Joly souligne que Katumbayi a également joué un rôle clé en défensive.

« Elle a apporté une énorme contribution, non seulement sur le plan offensif, mais aussi en défensive. Elle a assumé de grandes responsabilités à sa première année, et elle était prête à relever le défi. C'est une athlète engagée et très posée. Nul doute qu'elle jouera désormais un rôle de premier plan dans notre équipe. »